Barker, Benjamin (1823)

9-10 juin 1823

Benjamin Barker est le treizième fils de William Barker, Anglais émigré en Floride puis établi à Smyrne jusqu’à sa mort en 1825, et dont les nombreux descendants ont été actifs dans le Levant jusqu’au milieu du 20e siècle.

Né à Smyrne en 1797, Benjamin Barker passe 39 ans de sa vie (de 1820 à 1859) au service de la Bible Society dont l’objectif principal était la diffusion de la Bible. Installé d’abord à Alep, il y réside jusqu’en 1822, date à laquelle cette ville est frappée par un violent tremblement de terre. En repassant par Smyrne, il se rend en 1823 à Andrinople pour y créer un dépôt de vente des Écritures. Au retour d'Andrinople, il séjourne à Constantinople, d’où il entreprend une tournée en Asie Mineure pour étudier la vie et le fonctionnement des Églises chrétiennes et pour assurer les affaires de la Bible Society. Le révérend Henry Leeves et le Docteur Robert Walsh, chapelain de l’ambassade britanique à Constantinople, l’accompagnent au début ce voyage jusqu’à Brousse. Dans sa relation, Benjamin Barker donne des informations assez précises sur le nombre de fidèles et l’organisation des communautés chrétiennes, grecque et arménienne, des régions qu’il visite. De 1828 à 1834 il occupe un poste au consulat général anglais en Égypte, où son frère John est consul général de 1829 à 1833.

Benjamin occupe également d’autres postes dans l’Empire et entreprend plusieurs voyages dans les Balkans et au Proche Orient, au service de la Bible Society.

Il meurt à Constantinople en 1859.

Texte français : « British and foreign Bible Society. Mr. Barker’s Journal in Asia Minor », Missionary Register, 12, October 1824, p. 449, traduit par Jean-Pierre Grélois

Lundi 9 juin 1823, je quittai Constantinople pour une excursion en Asie Mineure, afin de prendre dans les principales villes et localités des dispositions telles que je pourrais sûrement distribuer par la suite les Saintes Écritures dans ce pays. J’embarquai à bord d’un bateau grec avec le Docteur Walsh, chapelain de l’ambassade britannique à Constantinople, et le Rév. H. D. Leeves, qui tenaient beaucoup à visiter avec moi Nicomédie et Brousse.

Nous fîmes route par bonne brise vers Chalki, une petite île de la mer de Marmara, à deux heures de Constantinople ; nous passâmes la nuit dans le monastère de la Panaghia, ou de la Vierge, qui est magnifiquement situé sur une hauteur proche de la mer. Chalki est entièrement habitée de Grecs et, en plus de trois monastères, compte environ 200 maisons. Certains des Européens passent là la plus grande partie de l’été. Outre cette île, il y en a huit autres, proches l’une de l’autre. La plus grande est appelée Prinkipo et compte environ 150 maisons et trois monastères. Deux autres sont Antigone avec cinquante maisons grecques et un monastère, Protè avec un seul monastère. Les cinq autres sont très petites et inhabitées.

Le 10 juin nous quittâmes Chalki pour Nicomédie.

Texte anglais : « British and foreign Bible Society. Mr. Barker’s Journal in Asia Minor », Missionary Register, 12, October 1824, p. 449.

On Monday, the 9th of June, 1823, I quitted Constantinople on a tour to Asia Minor, to make such arrangements in the principal cities and towns as would ensure me hereafter effectual means of distributing the Holy Scriptures in that country. I embarked on board a Greek Boat, with Dr. Walsh, Chaplain to the British Embassy at Constantinople, and the Rev. H. D. Leeves ; who were anxious to visit with me Nicomedia and Brusa.

We proceeded with a fair breeze to Kalki, a small island in the Sea of Marmora, two hours’ distance from Constantinople ; we passed the night at the Convent of the Panagi, or the Virgin, which is beautfully situated on an elevation close to the sea : Kalki is entirely inhabited by Greeks ; and, besides three convents, contains about 200 houses. Some of the Europeans spend the greatest part of the summer there. Besides this island, there are eight others close to each other : the largest of which is called Prinkipo, and contains about 150 houses and three convents. Two other are — Antigoni, with fifty Greek Houses and one convent ; Prota, with only one convent. The other five are very small, and uninhabited.

On the 10th of June, we quitted Kalki for Nicomedia.