Gilles, Pierre (1547 ou 1551)

Entre 1544 et 1548, ou entre 1550 et 1552

Pionnier des études byzantines, le philologue Pierre Gilles est né à Albi en 1489. Il effectue un séjour (1540-1552 ?) dans les pays de l’Antiquité classique, puis rentre à Rome pour mettre de l’ordre dans la documentation qu’il avait réunie, où il meurt en 1555 avant de terminer ce travail. Ses écrits sur Constantinople et sa région (Topographie de Constantinople, Bosphore de Thrace) ont été édités par son neveu Antoine, sous l’impulsion du cardinal d’Armagnac, protecteur de Gilles, d’après des manuscrits aujourd’hui disparus.

Rédigé sur le modèle d’un texte du IIe siècle (Navigation du Bosphore de Denys de Byzance), Bosphore de Thrace décrit l’ensemble des Îles des Princes avec plusieurs précisions topographiques mais avec de simples mentions de trois institutions religieuses : l’église du Christ à Antigone, le Monastère de la Panaghia, appelé « une demeure de solitaires qui suivent le rite grec » à Chalki , et « les magnifiques fondations d’un ancien Monastère, où pouvaient d’ordinaire vivre plus de 500 moniales » sur la côte est de Prinkipo, c’est-à-dire l’institution fondée au VIIIe siècle par l’impératrice Irène.

 

Texte français : J.-P. Grélois (intr., trad. not.), Pierre Gilles, Itinéraires byzantins, Paris, 2007, p. 255-258.

Celle que les Grecs de notre temps nomment Antigonos… De toutes les directions, elle est en pente. De tous côtés on y monte sur environ quatre stades. Elle s’élève beaucoup plus haut que Protè. Sur son plus haut sommet une église se dresse encore, et à proximité une citerne enduite d’opus Signinum, couverte de voûtes de briques.

...

L’île Chalkitis est appelée par les Grecs de notre temps Chalki. Elle est à quatre stades d’Antigonia… Le flanc sud de l’île s’abat en falaises escarpées et abruptes, sauf une baie qui ménage un rentrant de mer accessible aux embarcations, mesurant un peu plus d’un stade dans toutes les directions, à l’abri de tous les vents sauf celui du sud… Les amas de déblais se trouvent au bas d’une dépression qui domine la baie déjà mentionnée et qui coupe l’île du sud au nord, d’une côte à l’autre. Au milieu de cette dépression qui s’élève vers l’ensellement de l’île, il y a une demeure de solitaires qui suivent le rite grec, avec de grandes citernes enduites d’opus Signinum, pleine de l’eau qui coule toujours abondamment du sommet est.

L’île du Prince, à cinq stades environ de Chalkitis, est nommée d’après le séjour d’un grand nombre de filles de princes qui y faisaient profession de virginité solitaire… Zônaras écrit que Nicéphore bannit Irène dans l’île dite du Prince, là où elle avait elle-même édifié un monastère, d’où peut-être le nom de l’île. Elle est plus grande, au moins de moitié, que Chalkitis. Elle dépasse ou égale en hauteur toutes les îles précédentes. Au nord-est il y a un village nommé Prinkipos, situé sur la plaine littorale. Sur sa côte tournée vers l’est, on remarque les magnifiques fondations d’un ancien monastère, où pouvaient d’ordinaire vivre plus de 500 moniales. En face du monastère il y a une petite île située à peu de distance, nommée Antérobinthos.

 

Texte latin : De Bosporo Thracio libri III, Lyon, 1561, p. 259-262.

Livre III, chapitre 13:

Quam Graeci nostra ætatis appellant Antigonon… In omnes partes existit decliuis, undique eius ascensus est stadioru circiter quatuor. In multo excelsiorem altitudinem effertur quam Prota, in summo vertice ædes sacra etiamnum extat, et iuxta æde cisterna Signino opere munita, concamerata lateritio tecto.

Chapitre 14 :

Chalcitis insula a Græcis nostræ ætatis nominatur Chalcis, distat ab Antigonia quatuor stadia… Insulæ latus meridianum est præceps, et abruptum, in rupes excepto sinu, admittete recessum maris portuosum, quoquo versus patentem paulo plus stadio, tutum ab omni vento, excipio Austru… Aggeres scrobiu sunt in radicibus vallis supra sinum iam dictum eminetis, et secantis Insulam a mari meridiano ad mare septetrionale, cuius quidem vallis in parte media elata in iugum Insulæ est domiciliu solitariorum sodalium Græcanicæ religionis, ubi Nyphæa magna Signino opere elaborata, plena iugi aqua manante, ex vertice pertinente ad Orientem.

Chapitre 15 :

Insula Principis distans a Chalcite circiter quinque stadia, nominata est a frequenti habitatione filiarum principu, virginitatem solitariam profitentium… Zonaras scribit Nicepho rum Hirenem exulem eiecisse in Insulam Principis appellatam, in qua monasterium ipsa ædificauerat, unde fortasse Insula appellata suit Principis. Longe dimidio maior existit, quam Calcitis, omneis antedictas Insulas superat aut æquat. Ab Oriente æstivo vicum habet nominatum Principis, situm in planitie littorea. In eius littore vergenti ad ortum æquinoctialem spectantur fundameta sumptuosa antiqui monasterii, ubi amplius quingentæ solitariæ fœminæ viuere solebant. Contra monasterium sita est Insula exigua, paruo interuallo distans, nominata Anterouitos.