Zygomalas, Théodose (1576)

10-12 octobre 1576 et (peut-être) 11 février 1578

Issu d’une famille de notables de Nauplie, Théodose Zygomalas (Θεοδόσιος Ζυγομαλάς) est né dans cette ville en 1544. Son père, Jean Zygomalas, prêtre à Nauplie et à Venise, devient professeur de grec à Constantinople où il fut nommé Orateur de la Grande Église. Copiste et Notaire, puis Protonotaire du patriarcat de Constantinople, Théodose Zygomalas a entretenu une correspondance avec l’humaniste allemand Martin Crusius, professeur de grec et de latin à Tübingen. En 1576 Théodose entreprend une tournée d’un an dans les diocèses du patriarcat à la demande du patriarche Jérémie II, au début de laquelle il effectue un séjour de trois jours à Chalki.

En 1578, il se rend (peut-être) de nouveau à Chalki, lors d'une excursion en compagnie du pasteur Stephan Gerlach (information fournie par Legrand mais absente du journal de Théodose).

Texte français: (traduit par Alexis Chryssostalis)

Partis de Constantinople le 10 octobre de la sept-mille-quatre-vingt-cinquième année depuis la fondation du monde [= 1576], au milieu de la journée, nous arrivâmes vers le coucher du soleil à l’île de Chalki, qui se trouve en face de la ville. Nous y restâmes trois jours, en raison de vents opposés à notre chemin. En parcourant l’île et en considérant les choses en détail, comme il est d’usage, nous montâmes aussi au monastère qui est là, lequel est dédié à la Sainte Trinité, appelé du Miroir. Nous recûmes l’hospitalité de ceux qui mènent une vie sainte dans ce monastère, où il y a vingt moines ; il y a aussi une bibliothèque qui contient a peu près trois cents livres, en majorité théologiques, réunis par Métrophane qui fut Patriarche de Constantinople. Celui-ci fit également construire le monastère et le rétablit à son aspect actuel, puisque le temps l’avait rendu désert et l’avait fait disparaître, même s’il fut magnifique, comme quelques signes et fondations en témoignent. Sur cette île, il y a aussi un deuxième monastère dédié à la Vierge, où vivent quelques moines, peu nombreux. C’est là que nous passâmes notre temps le deuxième jour. Et le troisième, dans le village qui se trouve au bas de cette île de Chalki, où il y a un prêtre et environ cent maisons de chrétiens.

Texte grec: « Itinéraire de Théodose Zygomalas » dans E. Legrand, Notice biographique sur Jean et Théodose Zygomalas, dans Recueil de textes et de traductions publié par les professeurs de l’École des langues orientales vivantes à l’occasion du VIIIe congrès des orientalistes tenu à Stockholm en 1889, t. II (Publication de l’École des langues orientales vivantes, 3e série, vol. 6), Paris, 1889, p. 67-264, ici p. 124, 187-188.

Ἀπάραντες ἀπὸ Κωνσταντινουπόλεως ι´ τοῦ Ὀκτωβρίου μηνός, τρέχοντος τοῦ ἑπτακισχιλιοστοῦ ὀγδοηκοστοῦ πέμπτου ἔτους ἀπὸ τῆς τοῦ κόσμου συστάσεως, μεσούσης ἡμέρας, περὶ δείλην εἰς Χάλκην τὴν νῆσον κατήχθημεν, τὴν καταντικρὺ κειμένην τῆς πόλεως· ὅπου, τῶν ἀνέμων ἐπιπροσθούντων τῇ ἡμετέρᾳ ὁδῷ, ἡμέρας ἐμείναμεν τρεῖς. Ὡς δὲ φιλεῖ γενέσθαι, τὴν νῆσον περινοστοῦντες καὶ τὰ καθέκαστα ἀναθεωροῦντες, ἀνήλθομεν καὶ εἰς τὸ μοναστήριον τὸ ἐκεῖ, τὸ ἐπ᾿ ὀνόματι τιμώμενον τῆς Ἁγίας Τριάδος, τῆς ἐπιλεγομένης τοῦ Ἐσόπτρου· ὅπου καὶ ἐξενίσθημεν παρὰ τῶν ὁσίως ἐνασκουμένων ἐν τῇ τοιαύτῃ μονῇ, ἐν ᾗ μοναχοὶ ὑπάρχουσιν εἴκοσι, καὶ βιβλιοθήκη ἐστὶν ἔχουσα βιβλία ὡσεὶ τριακόσια, θεολογικὰ τὰ πλείω, ἃ συνῆξεν ὁ πατριαρχεύσας Κωνσταντινουπόλεως Μητροφάνης· ὃς καὶ τὴν μονὴν ἀνήγειρε καὶ εἰς ὃ νῦν ὁρᾶται ἀπεκατέστησε, τοῦ χρόνου ποιήσαντος αὐτὴν ἔρημον καὶ ἐξηφανισμένην, εἰ καὶ ἦν πρότερον θαυμασία, ὥς τινα σημεῖα καὶ θεμέλιοι φαίνονται. Ἔστι δὲ ἔτι ἐν ταύτῃ τῇ νήσῳ καὶ ἑτέρα μονὴ ἐπ᾿ ὀνόματι τῆς Παναγίας, ἐν ᾗ ὀλίγοι τινὲς ἐνασκοῦνται μοναχοί, ἐν ᾗ τὴν δευτέραν ἡμέραν ἐνδιατρίψαμεν· καὶ τὴν τρίτην ἐν τῷ χωρίῳ κάτω τῆς νήσου ταύτης Χάλκης, ὃ δὴ ἔχει μὲν ἱερέα ἕνα, χριστιανῶν δὲ ὁσπίτια ὡσεὶ ἑκατόν.